La classe politique ivoirienne est en ébullition au sujet des municipales et régionales 2018.

Mme Simone Ehivet qui « pique une grosse colère », Abou Drahamane Sangaré du Front populaire ivoirien (FPI) qui appelle les Ivoiriens à s’abstenir de prendre part aux élections municipales et régionales 2018, Henri Konan Bédié qui met en garde ceux qui veulent semer la confusion dans l’esprit des militants du PDCI-RDA, à la veille du 13ème congrès ordinaire du parti, et les tensions entre les différents états-majors des candidats à la veille desdites élections.

A la recherche de nouvelles opportunités ? Découvrez ce qui se cache derrière ce lien-ci

La presse ivoirienne a véritablement de la matière. Ce sont d’ailleurs ces sujets qui sont traités par les confrères, ce jeudi 11 octobre 2018. Soir Info barre à sa Une : « Municipales et régionales à quelques jours du scrutin, Simone Gbagbo pique une grosse colère ». En fait, il s’agit d’un communiqué de Corentin Akpa, directeur de cabinet de l’ex-Première Dame, Simone Ehivet Gbagbo. Dans ledit communiqué, le directeur de cabinet nous apprend que des candidats à ces élections « utilisent l’image de Mme Simone Ehivet Gbagbo sur leurs affiches de campagnes, ou se prévalent de son soutien lors de leurs rencontres avec les populations. » Une attitude qui amène Corentin Akpa « à préciser que le Front populaire ivoirien (FPI) n’étant pas partie prenante à ces élections, Mme Simone Gbagbo, 2ème vice-présidente du parti, n’a apporté sa caution à aucun candidat ». Pour sa part, le quotidien indépendant l’inter titre : « Municipales et régionales, Sangaré appelle au boycott ». Le confrère informe que « Le Front populaire ivoirien-camp Sangaré-vient de donner sa position sur les élections locales du 13 octobre prochain. Aboudrahamane Sangaré et ses hommes ont, au cours d’un point de presse hier mercredi 10 octobre 2018, à Abidjan-Cocody, appelé les Ivoiriens à ‘’s’abstenir de prendre part à ces élections pièges’’. » Le dirigeant du FPI a justifié cette position par « le fait que le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a publiquement renié sa parole » du 6 août relativement au « réexamen de la composition de la commission électorale indépendante (CEI) pour les prochaines élections ».

Selon L’inter, Sangaré qualifie cela de « recul inacceptable, une volte-face inadmissible qui conduit à nouveau la Côte d’Ivoire vers un horizon d’incertitudes et de crispations. » Toujours au sujet des municipales et régionales 2018, Le quotidien d’Abidjan, proche de l’opposition relève des cas d’intimidation. Il titre à ce sujet : « Municipales à Vavoua, Koné Zakaria menace Kalou Bonaventure ». Le confrère rapporte les propos de l’ex-international footballeur ivoirien : « Chaque Ivoirien est libre de ses choix politiques, mais ce monsieur (Koné Zakaria) m’a demandé par deux fois de me retirer de la course aux municipales à Vavoua en proférant des menaces voilées. Il apporte en sa qualité d’ancien com’zone et colonel de l’armée de Côte d’Ivoire un soutien ans faille à mon adversaire. Voilà ce à quoi on est réduit, s’il m’arrive un désagrément, ne cherchez pas loin ». Le même confrère fait également cas des bisbilles au sein du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA)… Lire la suite sur Linfodrome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.