Choix cornéliens, voyoucratie, indiscipline caractérisée, aveux le matin, désaveux le soir, rétractations par-ci, forcing par-là, pressions politiques et militaires, candidats qui se délient de leur engagement, ballets de protestations, rétropédalages des responsables politiques ne pouvant tenir leur parole…

Tout se mélange au Pdci et au Rhdp unifié, à deux jours de la fin des dépôts des dossiers de candidature à la Commission électorale indépendante (Cei). Le choix des candidats, au Pdci-Rda et au Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix ( Rhdp unifié ) est devenu problématique, au point de donner lieu, aujourd’hui, à un cafouillage monstre et à des discordances, au Pdci-Rda et au Rhdp unifié. Les choix divisent les militants, la confusion est totale et les dirigeants n’arrivent pas à imposer la discipline à leurs troupes qui en font à leur tête. D’où, le cafouillage et le désordre qui sont en train de mélanger les états-majors. A Lakota, après avoir choisi le maire sortant, Samy Mehry, la direction du Rdr a dû ravaler sa décision, à la suite d’une descente musclée sur le siège du parti, des partisans de Kouyaté Abdoulaye, chef de cabinet et député en exercice de ce parti. Il a opté pour le cumul des deux postes électifs du département. Le parti a cédé à ses desiderata. Sur le terrain, la tension est vive entre les militants et partisans des deux camps opposés. Le maire Samy Merhy, qui a pris acte du revirement de son parti, ira en « candidat indépendant », avons-nous appris.

Un autre fait, qui sort des usages politiques, a été enregistré le 23 août 2018, dans la commune du Plateau. Fabrice Sawegnon, qui revendique urbi et orbi le soutien du couple présidentiel, s’est fait investir, à l’initiative personnelle de Séa Jean Honoré, Vice-gouverneur du District autonome d’Abidjan et surtout cadre du Rdr. Il était accompagné de Clément Adjouroufou, William Koffi, Koffi Kouassi Martin, maire honoraire de Kouassi-Kouassokro, Ahmed Diallo Mory ( Rdr), Diaby Oumar ( Mfa), Mme Marcelline Brou ( Pdci-rda) et un certain Al Moustapha. Ont-ils été officiellement mandaté par la direction du Rhdp unifié pour investir Fabrice Sawegnon comme « candidat du Rhdp » ? Rien n’est moins sûr. Néanmoins, dans un communiqué qu’il a rendu public hier 24 août 2018, Sawegon a marqué sa gratitude au chef de l’État.

« Le Rhdp, constitué, il y a un mois, m’a choisi pour défendre ses couleurs au Plateau à l’occasion des élections municipales d’octobre prochain … Je voudrais vous dire qu’en votre nom à tous, j’ai accepté avec humilité et fierté ce challenge… Je remercie le président du parti Rhdp unifié, Alassane Ouattara pour sa confiance », a dit le fondateur de Voodoo communication. Des revirements spectaculaires de la direction du Pdci-Rda ont été enregistrés dans le Cavally et le Gbêkè. Dans ces deux localités, Henri Konan Bédié, en personne, a désavoué le Secrétariat exécutif de son parti ainsi que le Secrétariat exécutif en charge des élections. Dans le cas du Cavally, après que Boé Sarr Évariste, président du Conseil régional sortant, eut été informé par Adiko Roland, de son choix par le Pdci, Désiré Gnonkonté, cadre du Pdci et prétendant au fauteuil régional, est monté au créneau. Il est allé plaider son cas auprès de Bédié. Hier après-midi, Bédié a mis face à face les deux camps opposés. Sa décision est attendue aujourd’hui. Pour ce qui est de la région du Gbèkè, le Pdci a décidé de retirer, sous Jean Kouassi Abonoua, le fauteuil régional, pour l’attribuer à Mangoua Jacques. Tollé général à Bouaké dans le camp des partisans de Jean Kouassi Abonoua, dont les partisans sont descendus sur le siège du Pdci-Rda… Lire la suite sur Linfodrome.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.